Publié le : 06 mars 20236 mins de lecture

Parmi les pathologies les plus douloureuses que pourraient subir les membres inférieurs humains, il y a le névrome de Morton. C’est un mal qui crée des douleurs lancinantes sous le pied et entre les orteils. En réalité, c’est la compression d’un nerf qui entraîne cette douleur fulgurante. Qu’est-ce que c’est et comment se manifeste cette pathologie ? Par ailleurs, comment est-elle traitée ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur le névrome de Morton.

Syndrome de Morton symptômes et définition du terme

Le névrome de Morton est un épaississement nerveux causé par une irritation des nerfs adjacents. Dans la plupart des cas, il se situe entre les longs os du pied, le 3e et le 4e métatarsien.

Plus explicitement, la sensibilité dans le membre inférieur est assurée par les nerfs plantaires interdigitaux. Ces nerfs, avant de se diviser entre les têtes métatarsiennes, passent par un ensemble de fibres disposées en tunnel. Il s’agit du canal métatarsien.

Lorsque vous marchez, les nerfs sont comprimés de façon continuelle dans le canal métatarsien. La conséquence de cette pression répétitive est un renflement qui est appelé « névrome ». La douleur que crée le névrome de Morton provient donc de ce renflement.

Les symptômes du névrome de Morton sont connus. En tapant « syndrome de Morton symptômes » dans votre navigateur, vous pourriez avoir une idée sur ces symptômes. Sur des sites tels que xpmerd.org, vous pourrez retrouver des détails plus approfondis sur la question.

Il faut savoir qu’ils n’apparaissent habituellement que lorsque la personne atteinte est en chaussures. Autrement dit, les douleurs ne se manifestent que peu ou pas du tout quand la personne est pieds nus.

Pour estimer qu’il s’agit bien d’un névrome de Morton, il faut ressentir des symptômes comme :

  • Des douleurs dans les pieds, généralement décrites comme des coups de poignard.
  • Une impression d’électricité dans la plante des pieds et dans les orteils.
  • Éventuellement une perte de sensibilité des orteils.

Les patients estiment que les douleurs ne surviennent que lorsqu’ils se tiennent debout. Aussi, il a été établi que le névrome de Morton n’apparait majoritairement que dans un seul pied et pas simultanément dans les deux.

À parcourir aussi : Quelles sont les causes de l'aboulie ?

Causes du syndrome de Morton et établissement du diagnostic

Aucune cause certifiée n’a été déterminée quant à l’apparition du névrome de Morton. Les études continuent d’être effectuées, mais quelques pistes sont tout de même établies.

Entre autres, le névrome de Morton pourrait être provoqué par :

  • Le sexe et l’âge, les femmes étant plus atteintes à partir de cinquante ans.
  • Un antécédent de syndrome du canal carpien.
  • Des malformations des membres inférieurs.
  • L’usage abusif de chaussures à talons hauts ou de chaussures étroites.
  • Des traumatismes répétés aux pieds.
  • Un excès de poids.
  • La pratique abusive d’un sport tel que la course et de sports impliquant l’usage de chaussures spéciales comme le ski.

Pour confirmer la présence d’un névrome de Morton, il faut l’intervention d’un podologue ou d’un médecin généraliste. Habituellement, il lui suffit de palper l’endroit de compression du nerf pour affirmer qu’une personne est atteinte.

Après ce premier examen médical, la réalisation d’une échographie permet d’enlever tous les doutes concernant le mal. Si le médecin n’est pas sûr, le patient sera amené à réaliser une IRM. C’est surtout pour éliminer tout risque de diagnostic différentiel.

Traitement du névrome de Morton

Le syndrome de Morton peut être traité de deux manières. Le traitement médical est le plus utilisé. En cas d’inefficacité, il est accompagné d’une chirurgie.

Le traitement médical

D’habitude, il suffit d’un bon traitement médical pour soulager toutes les douleurs causées par le névrome de Morton. Pour y arriver, les professionnels conseillent des semelles orthopédiques fabriquées sur mesure pour la circonstance.

Elles aident à décharger la zone d’appui en dessous du névrome. Les orthèses permettent de libérer le nerf en écartant les métatarsiens mis en cause. Pour augmenter l’efficacité du traitement, il est possible d’injecter des corticoïdes pour traiter l’inflammation nerveuse.

L’intervention chirurgicale

En cas d’échec de toutes les options médicales, il est possible de procéder à une chirurgie du pied, qui dépend de la gravité du mal.

En cas de gros volume du névrome, le chirurgien peut procéder à une ablation. La conséquence de ce type d’intervention est la perte de la sensibilité d’un ou de deux orteils se trouvant à proximité. En cas de petit névrome, le chirurgien procède à une décompression du nerf. La technique d’intervention dont il se sert est la chirurgie percutanée.

Après l’intervention, il est fréquent pour les médecins de recommander une chaussure post-opératoire. Elle permet de remarcher le plus tôt possible. Cette chaussure doit obligatoirement servir jusqu’à ce que la plaie soit cicatrisée. Cela prend généralement entre deux semaines à un mois.

Le névrome de Morton est une pathologie qui se soigne. La douleur peut parfois sembler insupportable, car ce sont les nerfs qui entrent en ligne de compte. Mais avec le traitement adéquat, le mal est vite freiné et vous pourrez remarcher sans aucune difficulté. En cas d’alerte et de douleurs même bénignes, n’hésitez pas à consulter un podologue ou un médecin généraliste.